LA SITUATION AUJOURD’HUI

La seule crise qui se met en place est une crise de confiance et de sens

Le plus important dans toute forme de crise, c’est de prendre conscience de l’application de la confiance et du sens de nos actions dans notre processus de réussite présente et future. L’idée n’est pas de tomber dans la naïveté et d’éviter des mécanismes cérébraux de fuite ou de lutte, dus à une mauvaise gestion de soi.

Nous devons élargir notre champ de conscience de de l’inconfort.

Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement.” Francis BLACHE

A la fois inédit, inquiétant, incertain, évolutif, complexe et stressant, le contexte de cette crise que nous traversons a par exemple entraîné une généralisation du télétravail pour une durée indéfinie, sans que les entreprises y soient préparées. Ce télétravail massif et permanent à entraîné une perte de repères, une perméabilité accrue entre vie professionnelle et vie familiale, une transformation des relations entre collaborateurs et managers, un bouleversement des priorités, la quête d’une nouvelle direction, d’un nouveau sens…

Le “sens au travail” : une notion difficile à cerner

Si la majorité des personnes interrogées (87 %) reconnaissent accorder de l’importance “au sens du travail”, il est plus complexe de proposer une définition professionnelle concrète ou unique pour cette notion. En effet, les définitions se multiplient et se confrontent à la diversité des engagements et des motivations des collaborateurs.

L’impact de la culture managériale d’une entreprise sur  la vie et le bien-être des salariés n’est plus à démontrer. Pour autant, dépasser la quête sèche de performances et les procédures internes reste difficile, d’autant plus que l’entreprise est importante. Parler d’humain et de sens serait même ésotérique dans certaines d’entre elles.

Même si la perception du sens et de l’utilité de leur travail reste très personnelle et subjective, évaluée à hauteur de leurs aspirations personnelles, les salariés sont en attente d’un cap à suivre, donné par le management. Le sujet est aussi important que sensible, voire philosophique.

Regardons donc le contexte sous un regard différent

Marc Halévy (Physicien et Philosophe) nous dit de la situation actuelle : “Le monde est en train de changer radicalement, nous sommes en train de vivre un basculement sociétal extraordinaire, nous changeons de monde et c’est une très bonne nouvelle, c’est une chance inouïe car nous allons avoir la possibilité de créer un nouveau monde comme ça arrive une fois tous les 550 ans en moyenne. C’est maintenant et c’est pour nous ! »

Le monde ne sera plus jamais celui d’avant le COVID19. Nous avons pris ou fini de prendre conscience d’un grand bouleversement. La crise pandémique est un déclencheur d’un processus incontournable, pressenti et annoncé par quelques prospectivistes dont Marc HALÉVY justement.

Cette crise est une opportunité de bifurcation ; elle n’est pas la dernière. D’autres “crises” viendront surement !
Le monde vit une mutation paradigmatique comme ce fut le cas à la Renaissance et avant cela lors de l’effondrement du rêve carolingien ou de la chute de l’empire romain. Et c’est à nous tous, à chacun de retrouver le sens profond et la vision qu’il va choisir.

COMPRENDRE LE SENS

Qu’est-ce que le sens ?

Une direction, une certitude que ce que nous vivons a une signification. Lorsque nous vivons un évènement sans en trouver le sens ou que nous faisons face à une injustice, nous nous sentons vite impuissant.

Le sens de la vie pour Viktor Frankl

Viktor Frankl, un psychiatre autrichien, fut l’un des rares survivants des camps de la mort nazis pendant la seconde guerre mondiale. À travers son expérience infernale de l’holocauste, il a développé une approche psychothérapeutique qu’il a nommé la logothérapie (logos signifie « raison » en grec.)

Selon Viktor Frankl, c’est le sens que nous donnons à notre vie qui motive et qui oriente nos actions. Un manque de sens peut donc rendre très malheureux.

Le sens est apporté par deux facettes importantes :
  • La conscience de nos actes. (Pourquoi j’agis)
  • La confiance vers la direction donnée. (Quelle est ma vision et mon objectif)

DONNER DU SENS

Et trop souvent nous imaginons que le sens est extérieur à nous même, comme si il devait être apporter par l’entreprise ou par le manager. Alors nous changeons sans cesse de voie pour espérer trouver ce sens. Mais le sens ne se trouve pas, il s’incarne !

  • La conscience de nos actes.

Prenez de la hauteur  

Trouver le sens passe par une analyse de la situation en-dehors de la zone d’angoisse que cela a suscité. Donner sens c’est accéder à ce que l’évènement a de positif au-delà du moment présent. Ce que cela pourrait vous permettre de faire, les impasses que cela vous évite. Vous ne saurez jamais comment aurait été votre chemin si vous aviez poursuivi dans telle ou telle voie, vous l’imaginez, mais cela reste de la spéculation. Et parce que nous ne savons pas, notre seul choix est de faire confiance. En soi, à la vie, au hasard qui n’est pas le hasard. Ce qui arrive a un sens pour celui qui le cherche. Pour celui qui sait construire même sur des ruines.

Être au service des autres

Que manquerait-il au monde si mon entreprise n’existait pas ? Il est de la responsabilité de chacun de clarifier ce qui important pour lui, et de reprendre en main son estime personnelle.

Le sens de nos actes prend sa source dans le sens du service que nous apportons aux autres. Le but de toute vie de toute recherche de sens profond ne répond qu’a une seule et unique condition, se mettre au service des autres. Qu’est je envie d’offrir à mes clients, à mes amis, à mes proches ? Ici je ne parle parle d’objets matériels mais d’énergie. De ce que je vais dès à présent choisir de

  • La confiance vers la direction donnée.

Choisir son attitude

Quelles que soient les difficultés relatives à une situation, nous pouvons toujours choisir d’en faire une occasion de grandir ou, au contraire, une occasion de souffrir davantage.

Nous pouvons choisir le découragement et décider de cultiver la souffrance, mais nous pouvons surtout modifier notre manière de voir notre souffrance. Nous pouvons voir ainsi, dans chaque épreuve, une occasion de grandir.

Faire le choix d’Être optimiste et confiant !

L’optimisme et le pessimisme reposent sur des styles de pensée différents pour expliquer les événements de la vie, comme les succès et les échecs. Ils activent chacun des zones spécifiques dans leur cerveau. Ces styles de pensée sont aussi étroitement liés au niveau de confiance en soi et d’estime de soi, et donc à la capacité de maintenir une activité cérébrale pré-frontale dominante pour activer le mode adaptatif, et non le monde mental automatique. L’optimisme est ce qu’on appelle en psychologie une disposition d’esprit, c’est-à-dire une tendance spontanée de l’individu.

En outre, c’est une construction, autrement dit une façon de percevoir la réalité qui n’a rien de factuel. L’individu optimiste à tendance à attendre de bonnes choses de la réalité, et le pessimiste plutôt de mauvaises choses de la même réalité. Il se base sur un équilibre entre deux grandes habitudes mentales, possible grâce à l’équilibre de nos deux zones cérébrales corticales, droite et gauche : Être REALISTE et être POSITIF.

C’est comme si nous avions deux types de carburants, et qu’un bon dosage des deux permette de donner à notre moteur une performance optimale !!

  • Un « hyper réaliste » tombera dans le PESSIMISME
  • Un « hyper positif » tombera lui dans la REVERIE

Être optimiste dépend donc de notre capacité de préserver un bon sens couplé d’un mental progressiste. L’optimisme repose sur la façon dont on considère les causes des événements qui nous arrivent. Chacun de nous a des habitudes de réflexion sur les causes des événements qui surviennent dans notre vie. Seligman les nomme les “styles explicatifs“. Le style explicatif s’acquiert dans l’enfance et, sans intervention explicite, il dure toute la vie.

Être en cohérence avec mes valeurs

Une valeur nous donne des ailes, c’est ce qui nous meut… car elle représente un idéal, une qualité morale, qui est importante pour nous et que nous aimerions retrouver chez l’autre. Définir ses valeurs est primordial pour donner du sens et peut nous aider à repérer ce qui est à l’origine d’une insatisfaction, d’un agacement, d’une colère, d’un ressentiment et aussi d’une joie, d’un plaisir, d’une satisfaction personnelle, d’un bonheur… Si nous ne sommes pas alignés à nos valeurs, nos actions et notre motivation en pâtiront. Mais encore faut-il les connaître et en avoir conscience.

Choisir ma vision et la choyer et la partager

La vision amène l’équilibre. Elle donne les sens de nos actions pour notre inconscient. Elle est induite par notre représentation du futur, et par le choix de se que nous désirons atteindre.

La façon dont je me représente la situation et mon avenir, programmera la façon dont je vais agir, ressentir et gagner en pouvoir personnel.

Refusez la fatalité, c’est une vision qui amène à la perte de sens et d’optimisme !

Avec mes meilleures intentions,

Alexandre ANTONIENKO

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *