SECRET N° 1 : SURVIE

L’homme est un être d’adaptation, il n’y a pas besoin d’avoir fait d’énormes études pour le savoir, sans quoi nous ne serions pas là. Notre cerveau évolue pour s’adapter aux situations et pour cause, pour survivre dans l’environnement hostile dans lequel nos ancêtres ont vécu, il y avait deux possibilités : Devenir plus fort ou devenir plus intelligent ! C’est donc l’intelligence qui a primé, la force étant déjà bien présente dans le règne animal.

Notre cerveau est conçu pour résoudre des problèmes liés à la survie, dans un environnement extérieur instable, en étant presque constamment en mouvement.

Vous l’aurez compris, notre cerveau étant façonné pour ça, dès lors qu’une de ces fonctions adaptatives n’est plus stimulée, il finit par dépérir, se déconstruire, et l’on voit alors souvent apparaitre des maladies neurodégénératives, des phénomènes de démyélinisation, ou de perte de mémoire. Nous sommes équipés et conçus pour le changement et heureusement, parce que le monde évolue si vite, que si on ne s’adapte pas, on est fichus. Et c’est justement le problème majeur de nos jours. On va de moins en moins vers des situations de changement, d’apprentissages nouveaux, de challenges. Paresse, passivité, peur, sédentarité extrême, le fait est que nous résistons au changement, et que tout cela nuit véritablement au cerveau, et à notre santé physique, mentale et émotionnelle.

On peut développer de nouvelles connexions, renforcer nos connexions existantes et même créer de nouveaux neurones, ce qui nous permet d’apprendre toute notre existence. Si on ne cherche pas à créer de nouvelles connexions neuronales chaque jour à travers l’apprentissage et la curiosité, nous inversons ces schémas de construction neuronales, qui sont la plus grande source de jeunesse. Même si on perd des neurones, on en crée des nouveaux tous les jours, qui ont la même plasticité que ceux des nouveaux nés, et qui sont 7 fois plus puissants que des neurones déjà existants.

Seulement attention, pour créer de nouveaux neurones, ces 5 éléments sont les plus importants : Curiosité, Enthousiasme, Interrogation, Réflexion, Action.

Quant aux 5 plus gros destructeurs, les voilà : Indécision, Stress, Pollutions, Passivité, Habitudes

Je tiens vraiment à insister sur la curiosité et l’enthousiasme tant ils sont essentiels au développement de notre cerveau tout au long de la vie. Un enfant en moyenne est enthousiaste 1 à 3 fois par minute. Un adulte 1 à 3 fois par an. Soyez curieux de tout (à part des futilités comme la vie privée des stars ou encore les potins dans votre entourage). Comment fonctionne notre cerveau, qu’est-ce que les émotions, comment changer une habitude, comment est constitué le corps humain, comment sont nées les civilisations, comment un fœtus grandit… Creusez les sujets qui vous intéressent, apprenez à vous servir de votre cerveau, de votre mémoire, de votre corps, c’est quelque chose que peu de personnes font, ce qui est le meilleur moyen d’avancer dans la vie avec un boulet aux deux pieds. Dès lors que l’on cesse d’apprendre, on entame notre descente aux enfers.

Apprenez tout le temps, tous les jours. Sortez de votre zone de confort ! Domptez l’insécurité, et apprenez à en faire une amie. Utilisez votre main non dominante plus souvent, faites certaines choses à l’envers, changez de place à table. Profitez des embouteillages pour écouter des e-books ou des podcasts. Lisez et intéressez-vous à des domaines que vous ne connaissez pas. Ecoutez de la musique que vous ne connaissez pas. Rencontrez de nouvelles personnes. Apprenez une nouvelle langue. Écrivez, peignez, dessinez. Voyagez dans des pays inconnus. Devenez des explorateurs de la vie, évitez de faire de rester toujours dans une routine sans jamais rien changer. Tuez votre passé et tuez la routine !

Nous n’apprenons pas en réagissant passivement à l’environnement mais en le testant activement, c’est-à-dire en l’observant, et en agissant de façons nouvelles, sans peur de l’échec ou de la critique. C’est la fonction qui fait l’organe, par conséquent, si on n’utilise pas notre cerveau dans ses possibilités, celui-ci perd en vigueur et, dès lors, il ne faut pas s’étonner de ne plus arriver à se rappeler de certaines choses, de ne pas arriver à se concentrer ou à apprendre.

SECRET N°2 : SPORT

Nous ne sommes pas faits pour rester assis à un bureau 8 heures par jour. Du point de vue de l’évolution, notre cerveau s’est développé par l’exercice physique, en parcourant plusieurs kilomètres par jour. Notre cerveau est donc fait pour un corps en mouvement pouvant marcher jusqu’à 20 km/jour. Le cerveau a toujours terriblement besoin de marcher ou de courir, surtout celui des individus sédentaires que nous sommes devenus. C’est pour cette raison que l’exercice physique stimule les facultés mentales. Les individus qui dont de l’exercice ont une mémoire à long terme, une capacité de raisonnement, une attention et une aptitude à résoudre des problèmes supérieurs à celles des individus qui n’en font pas. Leur biochimie est plus stable et moins carencée.

En clair, si vous voulez améliorer vos capacités intellectuelles, bougez ! L’exercice augmente l’afflux sanguin vers le cerveau et le rend donc plus performant. Il stimule aussi l’action de la protéine responsable du maintien des connexions entre les neurones. Pratiquer des exercices d’endurance deux fois par semaine réduit de 50% le risque de démence et de 60% Alzheimer. L’exercice physique assidu empêche la dépression par la sécrétion de certains neurotransmetteurs et hormones spécifiques. Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau, ou BDNF, est une neurotrophine, qui est active dans l’hippocampe, le cortex cérébral et le prosencéphale basal. Il assure la survie et la croissance des neurones en présence de forces hostiles. Ces zones cérébrales ont un rôle important dans l’apprentissage, la mémoire ainsi que d’autres fonctions. Le BDNF est notamment impliqué dans la mémoire à long terme. Pourquoi est-ce que je vous parle de cela ? Parce que l’exercice physique stimule ce BDNF. Plus on fait du sport, plus on stimule notre capacité à produire de nouvelles synapses, et pas seulement dans les aires motrices. L’exercice physique retarde également ainsi le vieillissement.

L’exercice physique a un rôle encore plus important sur le cerveau que l’alimentation !

Trouvez un sport qui vous plaît, et bougez, bougez, bougez.

SECRET N°3 : SOMMEIL

Le seul moment où le cerveau se repose vraiment, c’est-à-dire où il consomme le moins d’énergie, c’est pendant la phase très profonde du sommeil lent. Cela représente environ 20% d’un cycle de sommeil total de 1h30. Le reste du temps, le cerveau ne se repose jamais. Il est même aussi actif pendant le sommeil paradoxal qu’à l’état d’éveil !

Respecter les cycles de sommeil est vraiment un conseil que je vous suggère de suivre. Dans notre société, c’est à la mode de manquer de sommeil. Ça fait sérieux, ça fait occupé ou ça donne l’air d’être actif. De vous à moi c’est surtout le meilleur moyen de détruire votre santé et votre cerveau. Le sommeil n’est pas à la mode, il est bafoué et abîmé par nos mauvaises habitudes, la lumière bleue des écrans LCD qui perturbent la sécrétion de mélatonine (hormone du sommeil), les repas extrêmement lourds le soir, les réveils stridents qui sonnent en plein milieu d’un cycle de sommeil et qui explosent notre sommeil profond, l’absence de sieste, la durée trop courte de sommeil, le manque d’activité physique, les anxiolytiques qui simulent le sommeil … Et j’en passe !!! Plusieurs études ont montré que 3 jours en dormant moins de 6 heures équivaut à un taux d’alcoolémie de 0,5 g/L dans le sang au niveau des capacités cérébrales. Comment voulez-vous avoir un cerveau qui fonctionne correctement si vous ne lui donnez pas l’occasion de récupérer ? Ce n’est pas possible ! Et c’est exactement pareil pour les moments de votre journée ou vous vous devez de faire des pauses.

Avec tous les services que votre cerveau vous rend, vous pouvez bien prendre le temps de le laisser se reposer, vous n’en serez que plus efficace, de meilleure humeur, en meilleure santé et plus concentré.

Premièrement je vous conseille donc de respecter les cycles de sommeil. Un cycle de sommeil dure 90 minutes en moyenne, et se compose de plusieurs phases : Micro-éveil, sommeil paradoxal, sommeil léger, sommeil profond. Une fois le sommeil paradoxal terminé, 90 minutes se sont écoulées et on retourne quelques instants à un état de micro-éveil en enchaînant avec un autre cycle juste derrière. Plus on avance dans la nuit, moins on a de sommeil très profond et plus on a de sommeil paradoxal. Ainsi, on fera plus de rêves en fin de nuit et on récupèrera mieux en début de nuit avec le sommeil très profond parce que c’est lui le plus important.

Cela étant précisé, il semble logique de se coucher au moment d’un début de cycle et se réveiller à la fin d’un autre cycle. Bingo, cela tombe bien car c’est exactement ce qu’il faut faire ! Comment faire ? Il suffit de repérer son début de cycles de sommeil dans une journée à l’aide de certains signes : bâillements, paupières lourdes, yeux qui piquent, concentration qui baisse, désintérêt pour la tâche en cours…Il ne vous reste plus qu’à vous coucher à un horaire où vous savez qu’un cycle ne va pas tarder à arriver, profitez-en pour éviter de vous raconter mentalement tout ce qui ne va pas, ou qui n’allait pas dans votre journée, mais de plutôt utiliser votre imaginaire pour vous construire la vie dont vous rêver. Notre inconscient travaillant et se programme pendant la nuit, pour nous apporter au matin les solutions et les ressources nécessaires, et renforcer les idées du soir.

Deuxièmement, mettez votre réveil à la fin d’un cycle de sommeil, il n’y a rien de pire que casser un cycle en deux avec un réveil strident, c’est le meilleur moyen de vous levez en pleine forme, et l’esprit concentré.

Gardez en tête que le manque de sommeil induit des pertes de capacités cognitives : il nuit à l’attention, aux fonctions exécutives, à la mémoire de travail, à l’humeur, au raisonnement logique, au raisonnement quantitatif et même aux activités motrices. En clair, le manque de sommeil est un poison pour votre cerveau.

SECRET N°4 : STRESS

Nous sommes faits à l’origine pour stresser quelques secondes. En effet, à l’époque de la préhistoire, le stress était très efficace pour fuir un tigre qui voulait nous dévorer. En ayant un pic d’hormones de stress, notre organisme est en vigilance maximale, le sang afflux vers les jambes et on a une réaction de fuite, ce qui a dû sauver nos ancêtres à de nombreuses reprises. Je suis prêt à parier à peu près n’importe quoi que sans ce système de stress nous ne serions pas là aujourd’hui pour en parler ! Le problème d’aujourd’hui c’est que ce stress n’est plus utile, mais notre cerveau fonctionne de la même manière, car nous induisons ce mécanisme par de mauvaises habitudes mentales. Du coup nous vivons, pour la plupart, ce stress de manière chronique, sans savoir que celui-ci dérègle dangereusement nos différents systèmes neuronaux, immunitaires et vitaux.

Le stress chronique abîme la paroi des vaisseaux sanguins (artériosclérose) ce qui augmente le risque d’attaque et de crise cardiaque, et attaque littéralement, via le cortisol, les cellules de l’hippocampe, ce qui entrave la capacité à apprendre et à se souvenir. Le cortisol excessif généré par notre organisme se transforme en graisse pour une partie, et demande à notre corps d’entreprendre une logistique immunitaire intensive pour le combattre. Retenez que 5 minutes de stress, c’est 5 heures à notre corps, avec toutes nos défenses immunitaires, pour combattre le cortisol généré. Considérant les problématiques du stress sur la santé et le cerveau, il est important de travailler dessus si on a tendance à être souvent stressé.

Sachez qu’il existe de nombreuses manières d’endiguer votre stress : la cohérence cardiaque, la respiration abdominale, la visualisation, les autosuggestions, l’alimentation, les ancrages, les huiles essentielles (camomille romaine, petit grain bigarade), l’hypnose, la sophrologie…

Mais que c’est la source de votre stress qui doit être traité en priorité. Je vais sans doute prêcher pour ma paroisse, mais se faire accompagner par un professionnel est sans doute la meilleure des méthodes.

Et retenez que le stress le plus nuisible est le sentiment d’impuissance ! Faites un point sur vos stresseurs, et abaissez votre niveau de stressabilité.

SECRET N°5 : SINGULARITE

Deux cerveaux ne stockent pas les mêmes informations au même endroit ni de la même manière. Sur la planète il n’y a pas deux cerveaux identiques ! Cela dépend ce qu’on y met dedans, et de comment on l’utilise.

Voilà pourquoi je conseille autant de faire des diètes médiatiques. La télévision ou les informations néfastes pourrissent et nourrissent notre inconscient avec de nombreuses informations inutiles et délétères. Nous possédons de multiples formes d’intelligences qui ne sont absolument pas mesurables par le QI. Pour autant, elles représentent la majeure partie de la réussite d’un individu. L’intelligence émotionnelle, l’intelligence sociale, l’intelligence corporelle, l’intelligence financière, l’intelligence motivationnelle et tant d’autres. Celles-ci sont primordiales, et l’on sait depuis les travaux de Daniel GOLEMAN, que l’intelligence mathématico-logique (le QI) est par exemple moins important que l’intelligence émotionnelle en ce qui concerne la réussite professionnelle. Ne pensez pas que parce que vous allez rater les informations ou certaines émissions vous serez moins intelligents, c’est votre singularité qui fera la différence.
Nous avons tous une unicité à valoriser, en surveillant intimement ce qui rentre dans notre tête, de la même manière que nous ne ferions pas rentrer de poubelles dans notre demeure.

SECRET N°6 : SWITCH

L’attention ne peut éclairer qu’une chose à la fois, le cerveau est incapable d’être multitâche. De plus, au niveau cérébral, notre attention augmente régulièrement pendant 10 minutes, puis se met à diminuer. Il ne sert à rien de vouloir lire un article en même temps que vous téléphonez, vous allez faire l’un ou l’autre mais pas les deux. Notre attention ne peut pas se diviser. Lorsqu’on fait cela, notre cerveau switch d’une activité à l’autre et fait de multiples de redémarrages. Ce mécanisme est semblable à une console de jeu. Imaginez que vous mettez un jeu, puis que vous éteignez la console pour mettre un autre jeu. A chaque fois, il faut le temps de rallumer la console. Le cerveau fonctionne exactement de cette façon. Or, en faisant cela, vous pourrissez complètement vos capacités d’attention et vous perdez un temps fou avec le multitâche. Nos journées sont pleines de choses à faire. C’est si facile de se perdre dans cet océan d’activités. De se sentir pris de toute part dans ces tâches, ces urgences et même ce lot de conneries qui nous maintient occupé.

Vous devez avoir un système pour vous organiser, aussi minime soit-il. Il a été prouvé que le multitasking rend beaucoup moins productif. Vous l’aurez compris, arrêtez tout de suite si vous faites du multitâche. Faites une chose et une seule. Favorisez les heures de super-puissances : 25 minutes en mode mono-tâche puis pause de 5 minutes, et ceci deux fois.
Lorsque vous êtes sur une tâche, enlevez toutes les distractions pour rester concentré, vous abattrez un travail bien plus important. C’est exactement ce que je fais lorsque je suis en train d’écrire ces lignes. C’est bien plus rapide que si je passais mon temps à envoyer des messages ou si je regardais Facebook en même temps. J’en suis d’ailleurs à ma pause de 5 min !!

Pendant ma pause je vous propose un petit jeu pour tester votre capacité de multitasking : “MULTITACHES” et “PERFOMANCE”. Essayez d’épeler d’abord chaque mot, chacun leur tour et chronométrez votre temps de performance. Puis refaite la même opération mais avec une lettre de chaque mot.

SECRET N°7 : SENS

Il faut savoir qu’un environnement multi-sensoriel favorise l’apprentissage. Nous avons toujours vécu dans un environnement multisensoriel : lumières, bruits, sensations, goûts, odeurs… Au plus nous associons les sens, au plus nous retenons l’information, et devenons efficaces dans nos apprentissages. L’utilisation du Mind Mapping est un bel exemple d’efficacité mentale.
Concernant les sens, l’odorat passe directement au cortex sans passer par le thalamus, qui filtre les informations de notre environnement. Il n’y a donc pas de filtration d’informations en ce qui concerne les odeurs. Voilà pourquoi la moindre odeur vous fait vous remémorer un souvenir sans que vous n’ayez à traiter cette information avec votre cerveau conscient. Et il est donc très intéressant de l’utiliser pour nos apprentissages. Mettez par exemple une huile essentielle que vous aimez en diffusion ou sur un mouchoir lorsque vous apprenez quelque chose, et sentez-la à nouveau lorsque vous avez besoin de cette information ! L’odorat améliore l’apprentissage sans l’aide d’autres sens. Technique que j’utilise énormément pour mes cours en neurosciences ou en hypnose, avec de l’huile essentiel de menthe poivrée. En plus d’être une de mes odeurs favorites, elle à la particularité de développer les connexions neuronales par 7 !

L’olfaction et le sommeil améliore la consolidation des souvenirs déclaratifs, ce qui veut dire qu’en plus de coupler une odeur pendant un apprentissage, une bonne nuit juste après vous fera vous souvenir excessivement bien de ces informations.

Nos sens ont évolué pour fonctionner ensemble. Donc notre apprentissage est optimal si plusieurs de nos sens sont stimulés simultanément, et surtout lorsque nous apprenons avec enthousiasme.

De plus, vous savez probablement qu’écouter de la musique modifie l’humeur, on a même des modifications hormonales. La musique favorise l’augmentation de la dopamine, qui est la fameuse hormone du plaisir. La musique diminue le cortisol, cette hormone dont on parlait dans la partie sur le stress, et a donc un effet direct sur le stress vécu. Une expérience a été faite sur 2 groupes avant une opération. Le premier groupe a eu une pilule antistress, et le deuxième de la musique. Évidemment, c’est la musique qui a eu le plus de résultat. En clair, lorsque vous vivez une période stressante, écoutez des musiques joyeuses, des musiques que vous aimez et des musiques de relaxation, ce qui vous enchante, cela a vraiment un effet génial sur l’humeur et l’état de relaxation. Hippocrate lui-même prescrivait la musique aux malades mentaux. Pendant la première guerre mondiale, des hôpitaux britanniques ont engagé des musiciens pour jouer devant des soldats blessés en convalescence. La musique calmait leur esprit et diminuait leur souffrance physique.

« Rien n’active autant le cerveau que la musique. Il a été possible de créer une nouvelle zone dédiée au langage dans l’hémisphère droit de son cerveau. Et j’en suis resté abasourdi. » a dit le Dr Oliver Sacks en parlant d’une patiente traumatisée crânienne qui avait perdu le langage.

Je ne peux que vous encourager à utiliser la musique dans votre quotidien (évitez les musiques avec paroles pour travailler), avec de la musique classique pour vous concentrer. Les sons binauraux sont également très intéressants pour une courte période de méditation.

Exemple de son binauraux : https://www.youtube.com/watch?v=9CBTkZ1I2Bw

Pour ma part, je vous partage ce que je suis en train d’écouter en écrivant cet article :

SECRET N°8 : SEXE

Je vous parle ici d’une loi essentielle. Peu développer dans les lectures ou dans les informations à notre disposition, je me dois de faire un apport sur ce sujet si important. La réussite et le succès sont des projets que nous avons sans doute tous en commun, et qui ne se résume pas seulement à la stratégie ou à la détermination. D’autres facteurs, comme cette loi, nous dote d’une énergie très particulière, et favorise dans notre cerveau des mécanismes incomparables.

À travers la transmutation de la « libido sexuelle », nous atteignons ce que certains ont appelé « cérébraliser le Semen » ou « séminiser le cerveau ». La science à largement démontré que toutes les zones dans le cerveau ne se connectent pas forcément. Il est maintenant connu en médecine que seulement une partie minimale de notre cerveau travaille, remplissant des fonctions spécifiques, et pourtant incontestablement, nous avons de nombreuses zones du cerveau qui sont inactives, et qui nous permettent d’être doté de capacités bien plus grandes.

Les grands musiciens du passé (par exemple Beethoven, Mozart, Chopin ou Liszt), ou les grandes réussites de ce monde connaissent ce principe de séminisation du cerveau. Des gens qui donnaient grâce à cette technique des capacités extraordinaires à leur cerveau, des gens qui utilisaient le pourcentage le plus élevé de leurs zones cérébrales. Néanmoins, de nos jours, les choses sont bien différentes, notre cerveau humain est bridé, et nous ne le réalisons pas…

Le sexe est aussi important dans la vie d’un être humain que l’eau est importante dans la vie d’une plante (la plupart). La transmutation est le fait de quitter d’une forme à une autre. Donc la transmutation sexuelle est le fait de quitter d’une énergie sexuelle à une autre forme d’énergie. Une étude scientifique a établi que les hommes qui réussissent le mieux sont ceux qui ont un tempérament sexuel très développé et qui ont appris l’art de transformer l’énergie sexuelle. Les hommes qui ont amassé une grosse fortune et ont réussi dans le domaine de la littérature, des arts, de l’industrie, de l’architecture et dans leur profession en général, ont agi sous l’influence d’une femme. Cette étude a porté sur 2 siècles de biographies et d’histoire.

« La transmutation sexuelle est facile à expliquer : l’esprit s’éveille et remplace des pensées d’expression physique par des pensées plus hautes ou simplement d’un autre ordre.
Le désir sexuel est le plus puissant des désirs. Il stimule, développe l’imagination, la finesse de perception, le courage, la volonté, la persévérance et un pouvoir créateur qui va croissant.
Le désir sexuel est si fort, si impérieux qu’il possède certains êtres qui, pour le satisfaire, risquent leur vie et leur réputation. Domptée, transmutée, c’est-à-dire transformée et redistribuée, cette énergie, qui a conservé ses qualités, peut alors être utilisée en tant que force créatrice et inspiratrice dans le domaine de la littérature, des arts, des sciences et dans n’importe quelle activité, y compris, bien sûr, la poursuite de la richesse. » Napoléon HILL.

La télévision, internet, et les publicités se permettent de jouer avec notre inconscient dans le but de créer en nous des désirs sexuels, mais malheureusement tournés vers un but de consommation abusive. D’un point de vue strictement scientifique, lorsque notre énergie sexuelle est respectée, elle s’élève ensuite à travers des canaux ultrasensibles spécifiques de la colonne vertébrale (qui sont liés aux systèmes nerveux sympathique) jusqu’au cerveau. Cette énergie se développe et se dilue dans la masse cérébrale, ouvrant avec des champs de psyché étonnants.

La glande pinéale est le centre de la conscience psychique de l’esprit humain. Elle est de la taille d’un pois et se situe dans une grotte située derrière la glande pituitaire.

Elle doit son nom à sa forme de cône de pin (pinea » en latin). Ayant toujours été considérée comme une antenne spirituelle, elle est souvent surnommée « troisième œil ». C’est en fait une petite poche se trouvant au centre géométrique du cerveau, et remplie d’un liquide contenant des petits cristaux piézo-luminescents, appelés cristaux d’apatite, capables de faire rebondir les ondes magnétiques reçues afin de les piéger.

En 1988 le chercheur Vaul HEART a découvert que la glande pinéale était un organe sensoriel qui convertissait l’onde magnétique en neurochimie. En tant que capteur d’ondes, elle coordonne nos bio-rythmes avec les fréquences provenant de la planète, et plus encore. Mais aujourd’hui, notre glande pinéale est devenue fortement entartrée. Tant et si bien qu’elle apparait comme un morceau de calcium lors des IRM. Les cristaux ne peuvent ainsi plus exercer leur travail correctement. La calcification de la pinéale perturbe aussi la sécrétion de la mélatonine, hormone qui, comme on le sait, facilite le sommeil et qui est normalement secrétée en l’absence de lumière. Cette hormone dénommée aussi hormone du sommeil est surtout connue comme étant l’hormone majeure de régulation des rythmes chrono biologiques, mais elle supervise également l’ensemble des sécrétions hormonales qui gèrent en particulier la sexualité. Elle cultive donc un lien étroit avec notre énergie sexuelle, et son état de fonctionnement en découle pleinement. Il apparaît que la calcification de la glande pinéale soit causée principalement par le fluorure qui circule dans notre sang. Le fluorure vient des dentifrices (au fluor), de l’eau du robinet et de l’eau en bouteille, et aussi des médicaments psychotropes comme le prozac aussi nommé « Fluoxétine » et qui contient 30% de fluorure !

Curieusement, quand on regarde une glande pinéale de près on constate une étrange ressemblance avec LE POINT G de la femme. La glande pinéale serait-elle le point G du cerveau ? En tous cas, ce qui est sûr et prouvé aujourd’hui, c’est qu’une personne qui maitrise son énergie sexuelle, nourrit de plein fouet sa glande pinéale, et s’ouvre à de nouveaux potentiels de réalisations personnelles.

SECRET N°9 : SYNERGIE

De notre cœur partent des connexions neuronales, biochimiques, biophysiques et énergétiques. Les chercheurs y observent jusqu’à 40 000 neurones et un va-et-vient de neurotransmetteurs. Les médecins traditionnels chinois y voient même le centre du shen, autrement dit de l’esprit, du psychisme, des émotions, de la conscience. Notre cœur a ses raisons que le cerveau ignore parfois. Il peut être bien plus fort que lui, plus rayonnant, son champ électromagnétique est 5 000 fois plus puissant que celui du cerveau. Le cœur est le véritable centre de commande de l’humain, et il existe une synergie entre les deux parties qui dépasse la simple cohérence.

Vivre avec des intentions clarifiées, et conscientes, permet à chacun de nous d’exprimer des voies neuronales plus fortes et plus efficaces. De voir la vie comme avec un temps d’avance, d’être plus pro-actif. Choisissez intimement, vos intentions quotidiennes ! Quelles sont les choses sur lesquelles vous devez portez toutes votre attention, et qui sont une priorité de cœur pour vous. Le cœur décide et guide, la tête solutionne et défini la stratégie. Plus le cœur parle de ces propres mots, foi, confiance, gratitude, bienveillance, et plus le cerveau utilise cette matière rayonnante pour cimenter des pensées et des actions puissantes, saines et durables.

SECRET N°10 : SYMPHONIE

Notre cerveau est un émetteur / récepteur. Il crée des connexions électriques qui produisent une ondes électromagnétique attirant toutes formes d’ondes similaires. Tout dans ce monde étant fait d’ondes de particules vibrantes, il est essentiel de prendre conscience de l’importance de notre système de pensées, et de notre responsabilité de créateur de réalité.

Les pensées sont des notes invisibles, une fois répétées et classées par notre cerveau, elles deviennent la symphonie matérielle de notre vie. Chaque pensée doit mériter sa place en votre cerveau, chaque pensée doit être soigneusement choisie et entretenue. Chacune de nos croyances doit mériter une remise en question, nous évitant ainsi le possible tourbillon des convictions limitantes.

Notre esprit, au travers et grâce à notre cerveau transforme chaque pensée répétée en une équivalence matérielle. Un esprit empreint de peur attire la peur, un esprit empreint d’amour et de confiance attire l’amour et la confiance.

Avec l’intention, la pensée est l’outil le plus puissant en termes de changements et de réalisations. Ne vous autorisez plus à entretenir des pensées d’échec ou de manque, car vous seul permettez à cette énergie de vous atteindre.

 « Le cerveau ne s’use que si on ne s’en sert pas. »

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *